Jaguar : des Type-E neuves pour les 60 ans du modèle ?

En mars prochain, le constructeur anglais fêtera les 60 ans de sa Type E. Pour l’occasion, le plus British des félins va intégralement restaurer 12 exemplaires de son modèle mythique. 6 coupés et 6 cabriolets, vendus uniquement par paire, qui viendront rendre hommage aux premiers exemplaires assemblés.

C’est le 15 mars 1961 que le constructeur britannique dévoile en grandes pompes son élégant coupé, dans le cadre huppé de l’hôtel-restaurant du parc des Eaux-Vives, sur la rive du lac Léman, la veille de l’ouverture du Salon de Genève.

L’engouement suscité par le coupé dès les premières heures est tel que la marque décide aussitôt de présenter son homologue découvrable. La version roadster est dépêchée de toute urgence. C’est au pilote-essayeur Norman Dewis que revient la tâche d’acheminer le cabriolet de Coventry à Genève – soit plus de 1 000 kilomètres. Le trajet est avalé d’une traite, pied au plancher, à une vitesse moyenne dit-on de 110 km/h. 17 heures plus tard, la Type E Roadster trône fièrement sur le stand de la marque aux côtés de sa soeur.

C’est un hommage à ces deux exemplaires que rend aujourd’hui Jaguar en reconstruisant 12 exemplaires de Type E. D’ici 7 mois, et pour célébrer dignement cet anniversaire, la division Classic du constructeur va restaurer intégralement 6 coupés et 6 roadster. Ceux-ci seront les reproductions exactes des deux plus anciennes Type E, et seront vendues uniquement par paire.

Chaque acquéreur recevra donc deux modèles : un coupé, fini Flat Out Grey, et un roadster, à la teinte Drop Everything Green. Pour réaliser cette série anniversaire, Jaguar Classic est parti de châssis et de carrosseries existants, qui vont être remis à neuf dans le respect de l’origine. Les pièces refabriquées seront donc identiques à celles installées sur la ligne de montage de 1961, tout en intégrant les standards de qualité et de fiabilité actuels. Dans l’habitacle et sur la carrosserie, des détails commémoratifs viendront apporter une touche d’exclusivité supplémentaires aux Type E « Edition 60 ».

Une démarche intéressante et dans l’air du temps, à une époque où de plus en plus de constructeurs se penchent sur leur division classique. Aston-Martin et Jaguar assemblent des exemplaires « manquants », convertissent des modèles anciens au tout électrique. La suite parait logique…

Reste à savoir si les bases choisies sont saines ou non. Ce serait dommage de détruire la patine d’un exemplaire vieux de 60 ans pour en faire une (re)production moderne, aussi rare soit-elle…

Raphaël Crabos

En bonus, voici une vidéo sympathique montrant l’usine de Coventry en 1961. Outre la chaîne de montage de la Mk2, on y découvre en fin de reportage les nouvelles Type E !


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :